La Roue, quartier des mots

28 Février 2013, devant l’école maternelle de la Roue, commence un bal matinal. Placés en ligne le long du trottoir, dansent les nettoyeurs communaux, faisant virevolter leurs balais entre les parents amenant leurs enfants à l’école. Tout doit être propre ! Le jour est à l’inauguration d’une œuvre artistique sur la Plaine des Loisirs, étendue verdoyante située à dos de l’établissement scolaire. Inauguration, pas seulement ! Car, sans le savoir, les balayeurs, tels des professeurs préparant le terrain des écritures, passent l’éponge à ce qui fera office de tableau noir.

Doucement la piste se vide, laissant place à une autre musique. Dans la froideur matinale, craie à la main, jaillissent silhouettes tout de manteaux vêtus. Et voici que la pierre se couvre de mots, de poésies, de fragments. Qu’une âme vienne à passer et de suite l’invitation lui est lancée : « Aujourd’hui, c’est la roue quartier des mots ! Avez-vous un mot, une poésie à partager ? ».

Entre les « j’ai pas le temps », s’immisce un « croquez la vie ! », un « Hunyon-amour » ou encore une phrase de Jim Morrisson. Les couleurs et les langues se mélangent, offrant aux yeux de passage des lectures en chinois bleu, en arabe jaune ou en espagnol blanc.

IMG_6830 IMG_6722IMG_6935

A la Plaine des loisirs, L’œuvre permanente « Trees of Circular Motion » de l’artiste irlandaise Orla Barry s’est dévoilée. Huit arbres en émail incrustés de poèmes de Mimi Khalvati font désormais partie du paysage. A leurs pieds, des écoliers locaux, chasuble jaune affublés, recopient à même le sol des fragments de la poétesse. La foule grandit et bientôt s’invitent musique et soupe. Secondé pour l’occasion par le Collectif citoyen de la Roue, le Passa Porta, Maison Internationale des Littératures à Bruxelles, a minutieusement préparé l’événement. Aux discours politiques s’enchaînent lectures et impressions ; l’inauguration s’achevant par la découpe d’un gâteau à l’effigie de l’œuvre fêtée.

Petit à petit l’endroit se vide. Seule, découvre la Plaine son nouveau visage. Baisers de craie sur joue de pierre mélangent leur sort à l’éphémère.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s